la passion

SE RETROUVER POUR PARTAGER NOS PASSIONS
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 29 le Mar 21 Juin - 13:20
Navigation
Index
FAQ

Derniers sujets
» BLAGUES du jour
par nisede Dim 11 Juin - 8:48

» Bijoux en crins de cheval
par nisede Lun 10 Avr - 21:09

» Consultations
par nisede Mer 5 Avr - 9:07

» VOS COLLECTIONS
par nisede Lun 20 Mar - 14:55

» Radars, électricité, carte d'identité… Voici tout ce qui change le 1er mars
par nisede Mer 1 Mar - 9:47

» smartphone
par nisede Dim 5 Fév - 10:40

» site Signal-Arnaques
par nisede Dim 5 Fév - 10:30

» Attention à toutes ces arnaques qui sévissent en ce moment
par nisede Dim 5 Fév - 10:27

» Le petit mot du jour
par nisede Dim 5 Fév - 10:22

» Bloctel
par nisede Jeu 2 Fév - 9:08


Partagez | 
 

 ETYMOLOGIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FrançoiseD
TEAM V I P
TEAM V I P
avatar

Age : 58
Localisation : Seine Saint Denis
Date d'inscription : 24/10/2012
Nombre de messages : 193

MessageSujet: ETYMOLOGIE   Mer 18 Mai - 13:27

D’où vient le nom de carabin que l’on donne familièrement et spécifiquement aux étudiants en médecine ?




Du temps de Henri IV et de Louis XIII, il y avait dans nos armées des cavaliers appelés carabins. Choisis parmi les plus habiles tireurs, ces cavaliers formaient des compagnies séparées et quelquefois des régiments ; ils servaient à la garde des officiers généraux ; on les employait pour saisir les passages, pour charger les premières troupes que l’ennemi faisait avancer, et pour harceler les postes. Souvent ils ne faisaient que lâcher leur coup, puis se retiraient.
Ils avaient pour arme une carabine, espèce de fusil dont le canon était rayé intérieurement en spirale, et dont la balle, enfoncée au moyen d’une baguette et d’un maillet, portait à une grande distance, et pouvait être dirigée avec une grande précision.
Dans son Traité des Armes, Gaia émet l’opinion que le mot carabin vient du mot espagnol cara, visage, et du mot latin binus, qui signifie double, car ces soldats, à cause de leur manière de combattre, tantôt en fuyant, tantôt en faisant volte-face, semblaient être des gens à deux visages.
Telle est l’origine et aussi l’étymologie de carabin. Maintenant, comment ce mot a-t-il pu être employé à désigner un jeune disciple d’Esculape ? En France, où chaque profession avait autrefois son patron (saint Joseph pour les charpentiers, saint Fiacre pour les jardiniers, saint Éloi pour les forgerons, etc.), les chirurgiens adoptèrent saint Côme, qui avait pratiqué la médecine en Arabie au IIee siècle de l’ère chrétienne, et il se forma au XIIIe siècle, sous l’invocation de ce saint, une confrérie de chirurgiens dits de saint Côme laquelle, pendant longtemps, d’après le lexicographe Marie-Nicolas Bouillet (1798-1864), partagea avec la Faculté l’enseignement des sciences médicales.
Or, soit que cette société existât encore réellement à l’époque où le carabin figurait dans les armées, soit qu’elle n’existât plus que dans les souvenirs du peuple, voici, semble-t-il, ce qui arriva :
Le carabin, comme très habile tireur, devait être un grand tueur de gens, et l’apprenti chirurgien, à une époque où les maîtres eux-mêmes passaient pour si habiles à expédier dans l’autre monde et où ils étaient l’objet de tant de plaisanteries (Molière les a-t-il assez joués !), fut dans l’esprit du peuple probablement assimilé à l’homme de guerre en question, et de là l’expression de carabin de saint Côme, d’abord employée tout entière, puis réduite bientôt à carabin, pour désigner le frater, le serviteur du chirurgien, et, enfin, l’étudiant en médecine en général
Nous avons précisé qu’il arrivait souvent que le carabin ne faisait que décharger son arme sur l’ennemi pour se retirer immédiatement. C’est de cette manière de combattre qu’est venu l’usage d’appeler carabin celui qui se contente de hasarder quelque chose au jeu sans s’y arrêter longtemps, qui ne fait que risquer un coup, et de désigner aussi par le même mot un homme qui, dans la conversation, dans une dispute, ne fait que jeter quelques mots vifs, qui se tait et s’en va.
De carabin pris dans cette dernière acception, on a fait carabinade, action, tour que fait quelqu’un dans une compagnie d’où il se retire aussitôt, et aussi carabiner, mot signifiant venir jouer quelque temps, et s’esquiver tout-à-coup sans vouloir continuer le jeu.

Et voilà
Revenir en haut Aller en bas
FrançoiseD
TEAM V I P
TEAM V I P
avatar

Age : 58
Localisation : Seine Saint Denis
Date d'inscription : 24/10/2012
Nombre de messages : 193

MessageSujet: Re: ETYMOLOGIE   Jeu 23 Juin - 13:47

Boucan

Vacarme assourdissant, tapage


Les mots boucanier, boucaner, boucané, dérivent normalement du mot boucan, lequel, explique le dictionnaire Hatzfeld-Darmsteter-Thomas, a été formé d’après un vocable caribéen, boucaconi ou boucaboni, qui signifiait : « frapper d’une flèche » et aussi « gibier » : Ceci d’après la relation du voyage de Jean de Léry, 1ère édition, 1578.
Le dictionnaire ajoute que boucan désigna deux objets : d’une part la « viande que les Caraïbes faisaient sécher à la fumée » ; d’autre part, le « gril de bois » qui leur servait à cela. Mais il y faut joindre deux autres significations, que l’on rencontre en beaucoup d’ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles : les Français des Antilles nommaient boucan l’acte de boucaner la viande (dans l’expression « faire un boucan ») et l’endroit même où l’opération était accomplie, par eux ou par les Caraïbes.
Au sens de « lieu de débauche », boucan n’apparaît, constate le dictionnaire précité, qu’au XVIIe siècle ; son emploi repose vraisemblablement sur la réputation, grossie, des orgies auxquelles se livraient parfois les boucaniers. L’expression argotique « faire du boucan », perpétue, en quelque sorte, le lointain souvenir du vacarme qui, sans doute, accompagnait les festins de boucaniers. Signalons, enfin, que l’on rencontre, dans le français des XVe et XVIe siècles, le vocable « boucan » au sens de « vieillerie démodée » ; mais, observe le dictionnaire susdit : il était en usage avant toute colonisation européenne en Amérique, et son étymologie est inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
 
ETYMOLOGIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Etymologie des prenoms
» Etymologie : amusante, surprenante, désolante ...
» CHRISTELLE Etymologie
» Origine du mot DOURO
» origine du mot "bourse"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la passion :: la passion :: ART - CULTURE - ACTUALITE - POLITIQUE :: littérature-
Sauter vers: